Tout savoir le kimono et yukata japonais

Le kimono, l’habit national du Japon, fascine les voyageurs par son élégance, sa profonde signification culturelle et sa longue histoire. Beaucoup de ceux qui visitent le Japon rêvent de porter ce vêtement traditionnel japonais. Mais que savent les gens de la culture et de l’histoire du kimono ? Dans cet article, nous allons expliquer ce qu’est un kimono, la différence entre un kimono et un yukata, ainsi que l’histoire et la culture de ce vêtement traditionnel japonais, y compris sa popularité dans le Japon moderne.

Au sommaire :

Qu’est-ce qu’un kimono, le vêtement qui incarne le Japon ?

Le kimono est un vêtement traditionnel japonais et la tenue nationale du Japon. Lorsqu’il est porté, le kimono indique souvent l’âge et le sexe de son porteur, le caractère formel de l’occasion et plus rarement, son statut marital. Cela s’applique également à la décoration, à la façon dont il est porté et aux accessoires.

Le mot « kimono » signifie littéralement « chose à porter ». La signification du terme « kimono » nous aide à comprendre que dans le Japon ancien, le kimono était considéré comme une tenue quotidienne par le peuple japonais. Le kimono nous aide non seulement à comprendre le sens de la mode locale à travers le temps, mais aussi à mieux saisir le style de vie et la culture des périodes spécifiques où il était porté. En ce sens, le kimono représente une pièce fondamentale de l’identité japonaise.

kimono femme

Kimono : 1700 ans d’histoire et de culture

Les premiers prototypes de ce qui allait devenir le kimono ont été introduits au Japon depuis la Chine au cours de la période Kofun (300-538 ap. J.-C.).

La période Heian (794-1185) a vu la présence de certains éléments récurrents, tels que le kimono à plusieurs couches pour les femmes, les couleurs utilisées pour représenter les rangs à la cour pour les hommes (plus la couleur est profonde, plus le rang est élevé), et des combinaisons spécifiques de couches colorées pour représenter les saisons et les plantes.

kimono

Au cours de la période Edo (1603-1868), les manches du kimono se sont allongées et le « obi » (la ceinture) est passé d’un lien caché à une ceinture visible, plus longue et plus large, qui nécessitait ses propres accessoires pour la maintenir en place. À partir de ce moment, la forme de base du kimono est restée inchangée.

À la même époque, l’exposition publique de coûteux kimonos en soie « shibori » (teinture par nœuds) et « shishu » (broderie) par la classe marchande nouvellement riche était considérée comme une menace pour le statut des classes supérieures, de sorte que le gouvernement a publié des édits sur les pratiques vestimentaires. Les kimonos en soie shibori et shishu sont devenus interdits aux marchands, et c’est pour cette raison que le « yuzen » (teinture par résistance), une nouvelle technique de teinture révolutionnaire qui permettait des motifs plus dynamiques, a été inventé et que le coton est devenu un tissu couramment utilisé.

Pendant la période Meiji (1868-1912), le Japon s’est ouvert à l’Occident après des centaines d’années d’isolement. Les personnes travaillant pour le gouvernement ont commencé à porter des vêtements occidentaux au travail, tandis qu’elles continuaient à porter le kimono dans leur vie privée. Les femmes n’ont pas été autant touchées, et pour elles, les changements ne se sont traduits que par l’ajout d’accessoires occidentaux tels que des gants, des bottes et des écharpes.

Au cours de la période Taisho (1912-1926), un autre changement révolutionnaire a eu lieu sur la scène du kimono. Le « Meisen » (un type de soie teintée par réserve moins cher et plus robuste) a commencé à être utilisé pour produire des kimonos. Le Meisen se caractérise par des motifs vifs et audacieux inédits dans l’histoire du kimono. Il répondait donc au besoin de kimonos colorés et bon marché pendant la dépression économique et jouait un rôle similaire à celui des jeans dans les pays occidentaux.

Ce sont les années de la Seconde Guerre mondiale qui ont vu le déclin du kimono en tant que vêtement quotidien, car il était considéré comme antipatriotique parce qu’il nécessitait trop de tissu. Les kimonos ont été rangés, voire échangés contre de la nourriture, et les femmes japonaises ont commencé à élever leurs enfants dans des vêtements occidentaux. C’est ainsi qu’est née la première génération de Japonais qui ne portaient pas de kimono dans leur vie quotidienne !

Les différents types de kimono pour femmes

Furisode

kimono furisode femme

Le furisode est le type de kimono le plus formel pour les jeunes femmes, généralement célibataires. Ils ont des manches très longues (entre 100 et 110 cm) et sont décorés de motifs colorés sur l’ensemble du vêtement. Les furisode sont généralement portés lors des « Seijin Shiki » (cérémonies de passage à l’âge adulte) ou des mariages, soit par la mariée elle-même, soit par d’autres jeunes parentes non mariées.

Kurotomesode

kimono Kurotomesode

Le kurotomesode est le kimono le plus formel pour les femmes plus âgées. Il a un fond noir, un motif le long de l’ourlet et entre trois et cinq crêtes. Les kurotomesode sont portés lors d’événements formels tels que les mariages, généralement par les parents de la mariée.

Homongi

kimono homongi

Les homongi sont des kimonos semi-formels qui se distinguent par l’emplacement de leurs motifs. Les motifs sont disposés à l’arrière de l’épaule et de la manche droites, à l’avant de l’épaule et de la manche gauches, et sur l’ourlet, plus haut à gauche qu’à droite. Souvent, les amies de la mariée portent des homongi lors des mariages. Ils peuvent également être portés lors de fêtes officielles.

Komon

kimono komon

Les komon sont des kimonos décontractés dont le motif se répète. Ces kimonos conviennent pour les courses quotidiennes, une promenade en ville ou de petites célébrations.

Les accessoires à porter avec un kimono

Obi

L’obi est la ceinture du kimono, qui ne maintient pas réellement le kimono fermé, mais a plutôt une fonction décorative. Les obi informels sont plus étroits et plus courts, tandis que les obi formels sont plus longs, plus larges et richement décorés. Il existe différentes façons de nouer un obi, selon l’occasion et la formalité de la situation.

Hakama

Le hakama est la jupe-pantalon traditionnelle japonaise, portée avec un kimono. Alors que les hakama pour hommes sont en tissu rayé, les hakama pour femmes sont soit de couleur unie, soit teintés de teintes dégradées. Les hakama sont toujours utilisés lors des cérémonies de remise de diplômes (sotsugyoshiki) pour les femmes, comme tenue de mariage pour les hommes, et en général pour les sports traditionnels japonais tels que le kyudo (tir à l’arc japonais), l’aïkido (un art martial japonais) et le kendo (escrime japonaise). Enfin, ils font partie de l’uniforme des personnes qui travaillent dans un sanctuaire. La tenue de la miko (jeune fille du sanctuaire), qui se compose d’un kimono blanc et d’un hakama rouge vif, est particulièrement célèbre.

Haori

Un haori est une veste de kimono. Il est porté ouvert par-dessus le kimono ou maintenu fermé par une ficelle qui relie les revers. Les haori sont généralement de la longueur d’une veste, mais on peut aussi trouver des versions plus longues. En hiver, le haori est un élément obligatoire de la tenue de kimono, tandis que pendant les mois plus chauds, les gens portent un haori plus fin ou n’en portent pas du tout.

Geta et Zori

Les Geta et les Zori sont deux types de sandales japonaises traditionnelles. Les Geta comportent une base en bois surélevée maintenue au pied par une lanière en tissu. Les zori sont des sandales plates à lanière, fabriquées en paille de riz, en tissu, en bois laqué, en cuir, en caoutchouc ou en matériaux synthétiques.

Tabi

Les tabi sont des chaussettes japonaises à bouts séparés que l’on porte avec les zori. La couleur la plus courante est le blanc, qui est également la couleur portée dans les situations formelles. Les tabi colorés ou à motifs peuvent être portés pour des occasions décontractées.

Les différences entre les kimono pour femmes et pour hommes

  1. Contrairement aux kimonos pour femmes, les kimonos masculins sont plus simples.
  2. Contrairement aux manches des kimonos pour femmes, qui sont très profondes et ne sont généralement pas attachées au corps du kimono, les manches des kimonos pour hommes sont généralement attachées au corps du kimono et ne dépassent pas quelques centimètres à l’aisselle.
  3. Une autre distinction concerne les tissus et les couleurs utilisés. Le kimono typique pour hommes est de couleur sombre et discrète, comme le noir, le bleu foncé, le vert foncé ou le brun, et les tissus utilisés sont généralement mats. Toutefois, les kimonos plus décontractés sont parfois proposés dans des couleurs légèrement plus vives, comme le violet clair, le vert clair et le bleu clair. Le kimono le plus formel pour les hommes est de couleur noire unie avec des crêtes et comprend généralement un « haori » (veste de kimono) et un « hakama » (jupe-pantalon).
  4. L’obi (ceinture) est relativement étroit et noué à la taille, avec des couleurs généralement discrètes.
  5. Les Geta et zori (sandales traditionnelles japonaises) pour les hommes sont plus simples et non décorées, avec une couleur unie.

Qu’est-ce qu’un yukata ?

Le mot yukata signifie littéralement « vêtements de bain », bien que leur utilisation ne soit plus limitée aux vêtements de bain. Il s’agit de l’habit traditionnel non doublé le plus décontracté, généralement fabriqué en coton, en lin ou en chanvre pour l’été. Le yukata peut être porté par tous, hommes ou femmes de tous âges, pour de nombreuses occasions informelles.

Si le yukata est aujourd’hui très populaire au Japon, son histoire est relativement récente comparée à celle du kimono. Ces deux vêtements traditionnels sont sans aucun doute frères et sœurs, mais pas tout à fait semblables. Étudions donc l’histoire intéressante du yukata et les différences réelles avec le kimono, afin de mieux comprendre la culture qui se cache derrière le yukata !

yukata femme

L’histoire du yukata : un retour en arrière à la période Edo

Les yukata sont devenus populaires pendant la période Edo pour deux raisons principales. La première était liée à un changement des habitudes de bain, et la seconde aux lois somptuaires mentionnées dans la section « Histoire du Kimono » ci-dessus.

Le yukata s’est développé pour devenir ce qu’il est aujourd’hui à partir d’un kimono en soie à une seule couche porté dans le bain par la classe supérieure. Vers 1800, les prêtres ont commencé à se baigner dans l’eau pour se purifier. Les samouraïs et les nobles ont fait de même, mais comme la soie ne convenait pas pour être mouillée, les gens ont commencé à porter du coton ou des tissus semblables au lin à la place.

Finalement, la coutume s’est étendue aux classes moyennes et inférieures, et des bains publics ont été ouverts à Tokyo. Les gens qui devaient marcher de chez eux jusqu’aux bains publics ont commencé à désirer des yukata plus raffinés à porter en public, et c’est ainsi qu’est né le yukata moderne.

Quelles sont les différences entre un yukata et un kimono ?

kimono yukata

Matériaux

Les kimonos sont généralement fabriqués à partir de différents types de soie, tandis que les yukata sont généralement fabriqués en coton ou en polyester. Cela reflète le fait qu’en général, les kimonos sont plus luxueux et plus formels. Les yukata sont moins chers, plus décontractés, et faits pour être plus frais puisqu’ils sont portés pendant les mois d’été.

Composition

Les kimonos ont généralement une doublure sous la couche de soie à motifs, alors que les yukata n’en ont pas. Encore une fois, la raison en est que les yukata sont faits pour être portés uniquement en été.

Manches

Les manches d’un kimono varient en fonction de différents facteurs, de l’âge de la personne qui le porte à la formalité de l’occasion. Le kimono Furisode, par exemple, peut avoir des manches si longues qu’elles touchent le sol ! Les manches du yukata, en revanche, sont plus courtes et ne dépassent jamais 50 cm environ.

Saisons

Les yukata sont associés à l’été et aux activités estivales. Ils sont portés pendant les autres saisons à l’intérieur d’un ryokan (auberge japonaise) ou d’un onsen (source thermale), car ils sont distribués aux clients pour être utilisés, mais ils seront rarement portés à l’extérieur pendant les saisons plus froides. Un kimono comporte plus de couches et peut être accompagné de toutes sortes d’accessoires pour s’adapter à toutes les saisons. Par exemple, un châle en fourrure peut être utilisé pour accessoiriser un kimono pendant l’hiver. Il existe également des kimonos d’été appelés « hitoe » (kimono à une seule couche), qui ne sont pas doublés et se portent avec un sous-vêtement de kimono d’été.

Occasions

Les yukata sont portés dans les ryokan ou les onsen, pour assister aux matsuri (les célèbres festivals japonais) tels que les festivals de feux d’artifice, pour d’autres activités estivales ou simplement pour se promener. Le kimono, quant à lui, est le plus souvent porté dans des situations plus formelles, comme les cérémonies dans les sanctuaires et les temples, les mariages ou les cérémonies de remise de diplômes. Par ailleurs, même si c’est moins courant de nos jours, certaines personnes portent encore des types de kimono décontractés pour faire leurs courses quotidiennes en ville.

Accessoires

Les yukata sont plus faciles à porter car ils ne nécessitent pas autant d’accessoires qu’un kimono. Vous n’avez pas besoin de porter un sous-vêtement spécifique avec, et vous n’avez besoin que d’une ou deux ficelles pour le fermer, alors qu’un kimono nécessite trois ou quatre ficelles. Le yukata est associé à un obi décontracté, qui est plus facile à nouer. Puisqu’il est plus acceptable de jouer avec un obi informel, les jeunes filles japonaises le nouent souvent dans des styles originaux et inventés par elles-mêmes. Le kimono est généralement associé à un obi formel ou semi-formel, selon l’occasion. Le yukata se porte avec des geta et pieds nus, tandis que le kimono est associé à des zori et un tabi.

Le kimono et yukata dans le Japon d’aujourd’hui

kimono japonais

Dans la période d’après-guerre, le kimono a commencé à disparaître de la vie quotidienne et s’est peu à peu cantonné au rôle de tenue de cérémonie et au monde des arts japonais, comme la cérémonie du thé ou le théâtre. Et comme les nouvelles générations ne pouvaient plus s’habiller en kimono, comme stratégie de vente, les magasins ont commencé à proposer des leçons d’habillage en kimono. Ces leçons se sont transformées en écoles de kimono, qui ont strictement systématisé le port du kimono, l’éloignant encore plus du port quotidien qu’il était auparavant.

Cependant, le kimono, qui a fait partie de la vie quotidienne des Japonais pendant plus de 1700 ans, n’était pas destiné à disparaître comme ça ! Heureusement, les années 90 ont vu sa réévaluation, grâce à un intérêt mondial pour la mode asiatique. Cela a conduit à une renaissance du kimono au Japon également. Le premier phénomène majeur a été le boom des yukata en l’an 2000, suivi de l’apparition de boutiques de kimonos d’occasion. Enfin, grâce aux nouveaux moyens de communication, tels que les magazines de kimono, les boutiques en ligne, les blogs et YouTube, le kimono est redevenu facilement accessible aux jeunes.

À l’heure actuelle, l’industrie du kimono connaît d’énormes changements et les porteurs de kimono rejettent en grande partie les canaux traditionnels d’achat de kimono. Il est vrai que les boutiques de kimono traditionnelles connaissent des temps difficiles, mais de nouveaux modèles commerciaux fleurissent.

Où acheter un kimono ou un yukata au Japon ?

Si vous envisagez d’acheter un kimono ou un yukata, il y a quelques endroits que vous devriez regarder.

L’un d’entre eux est constitué par les grands centres commerciaux du Japon, qui ont généralement au moins une boutique consacrée aux kimonos et aux yukata, ou qui proposent au moins des ventes spéciales pour les yukata en été. Ces boutiques vendent généralement le kimono ou le yukata avec tous les accessoires, ce qui facilite votre processus de sélection et vous permet de ne pas oublier des parties nécessaires de l’ensemble. Les prix de ces ensembles commencent à environ 7000 yens (environs 50€).

Si vous souhaitez choisir personnellement chaque élément de votre ensemble de kimono ou de yukata, rendez-vous plutôt dans une boutique de kimono d’occasion, où vous pourrez choisir librement parmi des centaines de pièces vintage. Les kimonos et yukata vintage sont généralement en très bon état, offrent une grande variété de motifs et sont extrêmement bon marché. Ils peuvent être aussi peu cher que 1000 yens par pièce (moins de 10€!), même si les prix augmentent un peu pour certains des articles les plus luxueux.

acheter kimono au japon

Les accessoires sont généralement vendus à peu près au même prix. Vous pouvez faire des affaires incroyables en fouillant dans ces boutiques ! Nous vous suggérons de faire vos achats de kimonos vintage dans la ville textile de Nippori et dans les environs de Sensoji à Tokyo, ou dans les environs de la gare de Shijo et de la gare de Higashiyama à Kyoto.

Les marchés d’antiquités sont une autre bonne option pour la chasse aux yukata et kimonos vintage. Le marché d’antiquités d’Oedo et le marché de Boroichi à Tokyo, ou le marché de Kobo et le marché de Tenjin-san à Kyoto sont quelques-uns des meilleurs marchés à visiter.

Où louer un kimono ou un yukata au Japon ?

Si vous n’avez pas l’intention d’acheter un kimono ou un yukata, mais que vous rêvez quand même d’en porter un pendant votre séjour au Japon, les boutiques de location de kimonos sont une excellente option ! Ces boutiques sont très populaires, même parmi les Japonais, et vous les trouverez facilement dans tous les quartiers touristiques de toutes les villes japonaises, comme Asakusa ou Yanaka à Tokyo ou les quartiers de Higashiyama ou Arashiyama à Kyoto. Leurs tarifs de location comprennent généralement non seulement l’habillage du kimono et la location du kimono pour la journée, mais aussi un service de coiffure.

location kimono japon

A note : Si vous prévoyez de louer un kimono, pensez à réserver à l’avance, surtout en période de forte affluence, comme pendant la saison des cerisiers en fleurs. En général, le personnel des boutiques de location de kimonos peut parler anglais.

Des étrangers portant des kimonos, est-ce une appropriation culturelle ?

Grâce aux médias sociaux et à Internet, le nombre de collectionneurs et d’amateurs de kimonos a augmenté dans le monde entier. Ces dernières années, même les écoles d’habillage de kimono ont connu une légère augmentation du nombre d’inscrits étrangers, qui souhaitent non seulement suivre des cours normaux d’habillage de kimono, mais aussi obtenir une licence de styliste et d’enseignant de kimono certifié.

En tant qu’étranger intéressé par l’habillage en kimono, j’ai eu la chance de rencontrer de nombreux Japonais impliqués dans le monde du kimono, et la plupart d’entre eux, en particulier les plus jeunes, sont en fait très fiers de voir un véritable intérêt pour le vêtement traditionnel japonais. Les Japonais sont enthousiastes à l’idée de partager le kimono avec le monde, à condition qu’il soit porté avec respect, car cela signifie que la tradition du kimono pourra continuer à survivre et à évoluer !